Jour 3 : Au large des côtes, on active le pilote automatique

Cet article est la partie 3 de 17 dans la série Remontée Norfolk - Montréal

C’est après être sortis de la baie de Chesapeake qu’on met le cap sur le large. On va naviguer à une distance d’environ 3 à 5 miles des côtes.

A cette distance, on peine à voir le littoral du côté du continent, et de l’autre côté, c’est la mer à perte de vue. Il y a environ 2 800 miles nautiques qui nous sépare de l’Europe.

A l’aide des GPS, on fait attention d’éviter les hauts fonds, les zones de pêche et garder une ligne vers le Nord-Est, le but étant de rejoindre une zone où on sera en mesure de monter les voiles et quand le vent tournera.

Ce matin, on avait un vent de face et donc, on savait qu’on débuterait la journée à moteur, mais le but était de profiter des vents du Sud-Est en milieu de journée pour hisser les voiles et couper le moteur.

En route, pendant que je suis à la barre, je remarque un aileron à bâbord, j’avertis les autres, assez rapidement pour qu’on voient ce qu’on croit être des dauphins, ou autre mammifère marin a dos noir!

Finalement, on atteint la distance voulue des côtes et on actionne le pilote automatique. Le voilier est équipé d’un GPS Axiom 9 de Raymarine, ainsi que d’un pilote automatique qui sont connectés ensembles.

Ceci nous permet donc entrer notre prochain Marker sur le GPS et d’actionner à partir de l’écran la navigation automatique. Il ne reste qu’a enclencher la Clutch sur la roue pour que le bateau garde le cap sans assistance.

C’est grâce à ce système que je peux présentement vous écrire ceci, assis derrière la roue avec mon iPhone 😁

Plus qu’un gadget, ça permet aux navigateurs de se reposer quand la mer est prévisible, de se reposer pour être dispos quand ça sera nécessaire d’avoir un humain à la barre. donc présentement, mon skipper est partie faire une sieste (il est 11:30 et nous sommes quand même sur l’eau depuis 6:00) et ma copine aussi, je suis seul debout, à garder un œil sur les instruments.

Ceci étant dit, ça demeure quand toujours cool de regarder la roue tourner toute seule et faire les ajustements de cap

On se dirige donc maintenant vers une distance de 5 miles des côtes, et on devrait hisser les voiles dans quelques heures, pour entamer notre première navigation de 24 heures… oui… on naviguera de nuit!


Navigation des séries← Jour 2 : C’est le départ!Jour 3.5 : Retour à la noirceur →

À propos de Jean-Francois

Je gère des entreprise Web, je suis photographe à mes heures et skipper de mon voilier lorsqu'en vacance!

4 commentaires

  1. Ghislaine et normand sur 6 juin 2022 à 12:40

    On voit un capitaine heureux même avec beaucoup de travail. Bon voyage! Profitez-en bien! Hâte de connaître la suite, c’est passionnant. ⛵️⛵️⛵️

    • Jean-Francois sur 14 juin 2022 à 11:45

      On a effectivement le sourire constant, c’est très cool de voir du pays comme ça!

      Merci de nous lire et à bientôt!

  2. Thomas Maher sur 16 juin 2022 à 16:59

    Toujours passionnant de partager vos aventures. Vous me faites revivre de beaux souvenirs.

    Merci, Thomas Maher

    • Jean-Francois sur 16 juin 2022 à 19:54

      Bonsoir Thomas, bien content de savoir que nos aventures vous plaisent. N’hésitez pas à nous dire si / où on peut lire les vôtres!

Laissez un commentaire