Ghost 2.0, le petit cousin distant de WordPress

Il y a quelques semaines avait lieu l’annonce de la nouvelle version 2.0 de Ghost, une plateforme permettant de tenir un blogue. Mais qu’est-ce que Ghost? Est-ce un remplacement potentiel à WordPress si je veux tenir un blogue?

En fait, Ghost est un projet créé par d’ancien contributeurs à WordPress, qui cherchaient à offrir une plateforme véritablement orienté sur les blogues, et qui utiliserait les technologies à la fine pointe, passant de PHP (WordPress) à NodeJS (Ghost).

Comme la grande majorité des forfaits d’hébergement partagé de nos jours n’offrent pas encore NodeJS ou d’installateur automatisé pour Ghost, il est peu plus complexe d’essayer Ghost car ça prend une certaine connaissance de Linux et l’accès à un serveur VPS (ou un environnement virtuel local, si ce n’est vraiment que pour tester). Mais comme le stack de technologies utilisé est complètement différent de ce qu’on est habitué donc ça devient intéressant à découvrir.

C’est l’approche que j’ai décidé de prendre, l’environnement local, parce que j’étais vraiment curieux de voir comment cette nouvelle version se comportait, ce qu’elle offrait en fait de fonctionnalités natives et avec quelle facilité (ou pas) on peut changer le thème et ajouter de nouvelles fonctionnalités.

Et disons que ma curiosité a aussi été piquée par quelques personnes ne l’ayant jamais utilisé, mais prétendant dans certains commentaires en ligne que l’installation serait complexe et longue. Comme je n’avais jamais installé Ghost moi-même, je n’avais pas le choix, je devais valider 🙂

Voici donc étape par étape mon installation de Ghost 2.0 dans une image virtuelle de Ubuntu roulant dans VirtualBox, en suivant la documentation officielle à https://docs.ghost.org/docs/install :

  • 21:50 Trouvé la page d’installation d’une instance de Ghost auto-gérée, téléchargement de l’installateur
  • 21:52 Mise-à-jour de VirtualBox à 5.2.18
  • 21:55 Téléchargement de Ubuntu 64bit 16.04.5 LTS
  • 21:58 Création d’une image virtuelle de Ubuntu dans VirtualBox
  • 22:05 Installation dans Ubuntu du stack requis par Ghost
  • 22:10 Installation de Ghost
  • … (perdu du temps pour changer la carte réseau de NAT à Network Bridge)
  • 22:20 Me suis trompé de user MySQL, j’ai recommencé l’installation une autre fois
  • 22:35 J’ai trouvé que je devais mettre l’adresse IP de la VM pour URL (ie. http://10.0.1.17), à la place d’un FQDN
  • 22:38 Terminé!

 

En somme, j’ai trouvé l’expérience d’installation relativement simple, n’ayant jamais vraiment installé d’application NodeJS (si on exclut les fois où c’était pour faire du développement web en SASS avec Live Reload).

Ah… et qu’est-ce que j’en pense, de Ghost comme tel?

Disons que WordPress n’a pas à s’inquiéter, car je trouve que Ghost est très (trop?) minimaliste en terme de fonctionnalités (l’éditer est moins puissant que Gutenberg, qui n’est même pas officiellement terminé), que Ghost est exclusivement conçu pour bloguer et que l’ajout de n’importe quelle fonctionnalité demandera l’aide d’un programmeur. Et… aucun thèmes gratuits, ni d’écosystème étendu en terme de disponibilité de thèmes et d’extensions, si on exclus la poignée d’offres disponibles sur le marketplace de Ghost.

 

TL;DR J’ai installé Ghost 2.0 pour la 1ère fois en 48 minutes.

À propos de Jean-Francois

Je travaille dans le domaine du web, je suis photographe à mes heures, et bientôt skipper de mon nouveau voilier!

Laissez un commentaire