Un bateau, ça demande quelques accessoires

Quand je parle d’accessoires, je ne veux pas dire un petit sapin sur le rétroviseur ou des décorations colorés pour égayer le blanc de la coque.

Non, je parle d’équipements qui sont essentiels en termes de sécurité ou qui sont recommandés par les navigateurs d’expérience.

La liste des équipements de sécurité dépend de la taille du navire et de la présence ou non de moteurs (et leur force). La référence officielle demeure le site du Bureau de la sécurité nautique de Transports Canada, qui offre le Guide de la sécurité nautique (PDF).

 

Équipements de sécurité

Dans mon cas, mon embarcation fait moins de 6 mètres et ne possède aucun moteur (pour l’instant). Donc, voici la liste des équipements de sécurité que je devais posséder et que je me suis procuré :

  • Gilet de sauvetage / VFI pour chaque personne à bord
  • Dispositif de remontée à bord, si le franc-bord est de plus de 50 cm
  • Ligne d’attrape flottante d’au moins 15 mètres
  • Lampe de poche ou 3 fusées de détresse (si j’avais un moteur)
  • Dispositif de propulsion manuelle OU une (1) ancre avec 15 mètres de corde
  • Écope
  • Appareil de signalisation sonore

Le gilet de sauvetage est l’item le plus dispendieux sur la liste (compter entre 80 et 200 $), mais aussi le plus important. Et personne de sérieux sur l’eau ne fait de la voile récréative ou sportive sans gilet de sauvetage. Un coup de vent rapide, recevoir le bôme (mat horizontal) sur soi… un accident arrive si vite.

Quand on parle de dispositif de remontée à bord, on fait surtout référence à une échelle fixée à la coque, mais certains navires peuvent avoir des équipements plus imposants. Dans mon cas, le franc-bord (hauteur de ma coque comparé à l’eau) fait environ 20-30 cm, donc ce n’est pas requis… mais j’aimerais quand même ajouter une petite échelle escamotable éventuellement, si je voulais me baigner et pouvoir facilement remonter à bord.

La ligne d’attrape flottante est un dispositif simple et ingénieux : c’est une corde enroulée dans une pochette, avec un poids dans le fond, et une corde pour retenir la pochette. Quand on simule le lancer en retenant la corde, la pochette se vide de son contenu et la corde est lancée dans la direction de la personne à l’eau, permettant de la tirer vers l’embarcation.

Même si je n’ai pas de moteur, j’ai décidé d’acheter une lampe de poche. Celle-ci est visible à une distance de 210 mètres et est complètement étanche (mais ne flotte pas). Pratique si le vent tombait à la fin de la journée, et que je devais revenir à la noirceur.

Pour le dispositif de propulsion manuelle, c’est un terme scientifique pour dire une rame ou pagaie.

Même chose pour le dispositif de signalisation sonore… un sifflet.

Et pour l’écope, même Transports Canada suggère de « fabriquer une écope à partir d’une bouteille de plastique rigide de quatre litres ». J’ai économisé 9 $.

La seule chose qui me manque encore est le cordage pour l’ancre que je possède déjà. Je devrai probablement aller dans une boutique spécialisée (boat shop) pour ce genre d’accessoire. Encore une fois, l’ancre n’est pas requise dans mon cas, mais c’est pratique pour prendre une pause à un mouillage (plage) ou se baigner.

 

Autres accessoires

Comme dans bien des choses, le minimum requis n’est pas toujours suffisant pour faire face à toutes les situations. Voici quelques autres accessoires que je me suis procuré, suite à mes lectures ou basé sur mes connaissances personnelles :

  • Une trousse de sécurité
    Une petite boite rouge (facilement visible) qui contiendra band-aid, gaze, alcool à désinfecter, bande élastique… parce qu’une coupure ou un petit accident arrive si vite, et le sang sur les cordages, c’est pas super
  • Un couteau d’urgence pour usage nautique
    Parce qu’une corde emmêlée sur un voilier peut causer problème rapidement… mieux vaut parfois de perdre une corde qu’un accident plus grave
  • Étui étanche pour téléphone mobile
    Que ce soit pour prendre des photos ou simplement s’assurer que le téléphone sera fonctionnel en cas de besoin
  • Attaches-lunette
    Que ce soit pour mes lunettes fumées ou ordinaire, ça serait bien de ne pas les perdre au fond d’un lac 😉

On trouve la plupart de ces équipements dans plusieurs magasins (Canadian Tire, Mountain Equipment Coop, SAIL, etc). Pour ma part, j’ai bien aimé le service chez MEC et c’est là que j’ai acheté la majorité de mes accessoires.

J’ai privilégié cette boutique pour parler à un conseiller qui connait bien les équipements nautiques et « ce qui se fait en général », ce que les grandes chaînes ne peuvent offrir comme niveau de connaissance.

 

Coûts

En tout, j’aurai dépensé environ 400 $ (taxes incluses) pour tout le matériel neuf, et ça m’a pris environ 1 heure pour trouver le tout. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup d’économies à réaliser en cherchant dans l’usager, sans compter le temps requis pour trouver et valider l’état de l’équipement en plus du temps de déplacement.

Ces coûts peuvent sembler importants en comparaison du prix d’acquisition de mon bateau, mais la sécurité, ça n’a pas de prix.

 

Prochain article : Inspection post-achat et montée du mât

À propos de Jean-Francois

Je travaille dans le domaine du web, je suis photographe à mes heures, et bientôt skipper de mon nouveau voilier!

Laissez un commentaire