Jour 17 : La traversée du Lac Champlain

Cet article est la partie 18 de 20 dans la série Remontée Norfolk - Montréal

Comme c’est souvent notre habitude lors de journée de longues nav’, nous sommes déjà sur la route avant 6h AM. C’est aussi ce qui nous a permis de voir de magnifiques levers de soleil tout au long du voyage.

Notre premier ordre du jour est d’aller se ravitailler en diesel avant la traversée car notre marina précédente n’offrait que de l’essence. On décide d’aller à Bridgeview Harbour Marina qui ne nous dévie pas de notre route. Le proprio est sympathique et nous explique qu’hier, les vents étaient tellement forts qu’ils ont du sortir un voilier qui s’est fait abîmer par les vagues et que leurs quais flottants s’entrechoquaient avec fracas. Les vents atteignaient les 30+ noeuds, définitivement pas un temps pour aucun plaisancier sur Champlain.

Aujourd’hui, aucun vent, aucune vague résiduelle et on pourra donc faire une bonne avancée vers le nord et on devrait couvrir une distance de près de 60 miles nautiques sans finir trop tard. On planifie une route qui nous mènera à Plattsburgh où on pourra se ravitailler de nouveau en diesel et en nourriture.

Premier constat : le lac Champlain, c’est énorme. C’est très long dans son axe nord-sud (approx. 60 miles), mais c’est également très large atteignant 8 miles dans l’axe ouest-est; je comprends beaucoup mieux maintenant pourquoi c’est un terrain de jeu de prédilection pour les amateurs de voile et pourquoi autant de personnes gardent leur bateau à cet endroit.

Ceci étant dit, comme nous sommes assez tôt en saison et que c’est la semaine, on croise relativement peu de bateaux, sauf peut-être près de Burlington, VT où il y avait un peu plus d’action.

En plein milieu du lac se trouve un groupe de 4 iles appelé The Four Brothers. Ces iles sont désormais protégées et personne ne peut les accoster. Je décide de passer à travers ces iles, à très basse vitesse, car ce sont des sanctuaires d’oiseaux. La quantité d’oiseaux qu’on voit est IN – CRO – YA – BLE!

Les photos ne rendent pas justice, mais on les entend. Et on les voit, qui se nourrissent, nous observent et s’occupent de leurs nids.

On se remplit les yeux de ce spectacle, puis on remonte les moteurs pour se rendre à notre destination du jour, qui est Plattsburgh.

Nous arrivons en fin d’après-midi à la marina de Plattsburgh, on s’amarre et on dit au jeune homme que nous allons faire le plein de diesel et demeure à quai 1-2 heures, le temps d’aller faire l’épicerie en ville.

Ceux qui naviguent de longues distances reconnaitront ceci : dès notre arrivée on contacte un Uber / taxi pour nous amener à l’épicerie la plus proche et procéder aux ravitaillements. Sarah et moi partons faire des provisions pendant que Gaétan s’occupe de faire le plein de diesel. Notre but étant de ne PAS rester à quai ce soir, mais d’aller s’ancrer un peu plus loin pour profiter de la soirée avec un bon repas!

Et comme un bon plan de voile, c’est exactement ce qui se passe : on part de Plattsburgh, on va s’ancrer un peu plus loin, on se lance à l’eau pour relaxer un peu, puis on se fait un super souper au BBQ. Simple, magique, parfait.

On vérifie l’ancre une dernière fois car du temps pluvieux / venteux s’annonce, puis on va se coucher pour notre dernière journée aux USA.


Navigation des séries← Jour 16 : Trop de vent, c’est comme pas assezJour 18 : On entre au Canada →

À propos de Jean-Francois

Je gère des entreprise Web, je suis photographe à mes heures et skipper de mon voilier lorsqu'en vacance!

Laissez un commentaire